Mixage…

Mixage…

Le temps du mixage
Par Max Jendly

Le temps passe pour les musiciens de CHala Cubana. Les dernières notes ont été enregistrées dans la joie avec certains « ancêtres » du Septeto Nacional, heureux de participer au succès de ce troisième opus de CHala (tout juste interrompu par les absences du chef, Alexis Bosch, sorti écouter sur sa vieille radio portable, l’avance d’une importante rencontre de baseball entre les deux équipes nationales favorites – sic!). Il est temps de changer de studio pour passer à la longue phase du mixage des pièces enregistrées les trois premiers jours – les compositeurs fribourgeois qui ont écrit pour CHala peuvent se réjouir: les arrangements d’Alexis Bosch sont de véritables bijoux et l’orchestre avait « la pêche »!

Mais avant les mixages, les musiciens ont assisté à une extraordinaire et authentique « Peña de la rumba ».

Sur la petite scène du bar des studios Egrem, dix musicien(ne)s se prêtent à de véritables incantations sacrées ponctuées d’assourdissants et obsédants rythmes de rumba. Le choeur de cinq à six chanteurs en appelle aux « saints » avec lesquels ils ne vont pas tarder à entrer en communication, avant que les danseuses et danseurs, acteurs de la Peña, ne frisent la transe. C’est toute l’Afrique et ses traditions ancestrales qui nous apparaissent dans leur brutale splendeur. Nous n’avons encore pas tout vu; ce même groupe de rumba, les « Rumberos de Cuba », se lancent dans de lancinantes séances de séduction où deux voire quatre danseurs s’allument littéralement jusqu’aux sommets extatiques d’une rare sensualité érotique – auxquels le public participe à grand renfort d’exclamations admiratives. Assourdis, nous quittons la samba pour nous reposer dans la vieille ville. Le traditionnel coup de canon annonçant la fermeture du port de La Havane, nous apprend qu’il est 9 heures – la soirée ne fait que commencer, le long du Malecon où se mêlent les diverses musiques diffusées sur les multiples terrasses ouvertes jusqu’aux aurores. Aujourd’hui, passées ces quelques heures de détente, le travail de mixage continue dans la plus grande concentration. Et ce soir, c’est le concert public de CHala Cubana, organisé par l’ambassade de Suisse à la Casa de la cultura, véritable temple du jazz cubain et international. Les membres de l’orchestre resteront sur leurs gardes; l’île est en émoi: un dangereux criminel s’est évadé ce matin, la police et la population sont sur les dents.

Facebook-Partager

Pas de commentaire

Trackbacks/Pingbacks

  1. max - .... thanks for information....